Liar – Acte 2

Liar - Acte 2

Article de Olivier Ruth et Leoj Edueibis.

Liar est l’un des chefs-d’œuvre des jeunes années du groupe, et l’un des rares morceaux des premiers jours que le groupe jouera encore dans les années 80. A l’époque pourtant, « Liar » n’aura connu qu’une exposition limitée. Le morceau n’aura été sorti en single que dans quelques territoires, à savoir… les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande, et rien de plus ! A noter qu’il existe toutefois un acetate de « Liar » au Royaume-Uni, indiquant peut-être qu’une commercialisation était envisagée ? Aucune certitude là-dessus, car plusieurs des morceaux des deux premiers albums apparaissent dans cette série d’acétates.

On peut s’étonner a posteriori du peu de visibilité sur ce morceau. Et pourtant, on retrouve « Liar » dans un autre pays, qui peut sembler étonnant…. La Thaïlande ! En effet, ce pays proposa le morceau dans une configuration improbable que nous allons évoquer aujourd’hui.
Tout d’abord, il faut se remettre dans le contexte. A la fin des années 60 et au début des années 70, les compagnies de disques n’avaient pas considéré le marché de la Thaïlande comme un marché prioritaire, loin de là…. Un phénomène qui ne se limite pas du tout à Queen ! Même les mastodontes de la scène de l’époque, comme les Rolling Stones par exemple, ne verront pas de sorties dignes de ce nom avant les années 90. Et encore, pour Queen, on trouve des sorties des albums en K7, un nombre de singles qui se compte sur les doigts de la main, et uniquement le Greatest Hits en version CD… Un accès difficile pour les thaïlandais à la musique occidentale !

Et pourtant… Quelques disques très atypiques sont sortis à la fin des années 60 et au début des année 70, et pas du fait des majors du disque, mais de labels obscurs du nom de Cash Box, Royalsound, ou encore Express Song Stereo Records. La première originalité de ces disques : il s’agit d’EP, c’est-à-dire de disques au format 45 tours, mais contenant 4 titres au lieu de deux (2 titres par face). Seconde originalité : les morceaux n’étaient pas d’un même artiste mais de quatre artistes différents. Le « Liar » de Queen cohabite ainsi avec Alice Cooper, les Wings et Kiss… Troisième originalité, et pas des moindres… La pochette ! En effet, et c’est assez étrange, mais les pochettes ne reflétaient pas le contenu ! Ainsi, on trouve des vinyls avec Queen sur la pochette… Mais des groupes différents sur le disque ! De même on trouvait des morceaux de Queen sur certains disques alors que la pochette affichait un autre artiste, dont aucun morceau n’est présent sur le disque. La seule exception reste Bohemian Rhapsody, présent dans une pochette représentant bien Queen. Un coup de chance peut-être !
Vous l’aurez compris, c’est très étrange, et on peut s’interroger sur la légalité de telles sorties…. Et avec le recul, se dire qu’après tout, cela a permis à la population locale d’obtenir un accès à la culture occidentale que le monde du business ne lui offrait pas. Ces objets sont atypiques, et donc sexy aux yeux des collectionneurs. Vous trouverez quelques photos ci-dessous, et un petit jeu que je vous propose… Qui était l’artiste en photo sur l’édition concernant le morceau « Liar » ?

« Liar » is one of the masterpieces from the band’s youth, and one of the rarest tracks from the early days that the band would still play in the 80’s. At the time anyway, the track would not have that much visibility. The track was released as a single in only a few countries, which are… USA, and New Zeland, nothing more ! There is anyway a « Liar » acetate from United Kingdom, suggesting that maybe a release was planned ? Nothing sure here at all, as several tracks from the two first albums appear in that series of acetates.
We can be surprised now , in hindsight, of the limited visibility offered to the track. Anyway, « Liar » can be found in another country, which can sound weird… Thailand ! Indeed, this country offered the track in an unlikely configuration that we’ll talk about today.
First of all, we have to understand the context. At the end of the sixties and the start of the seventies, the record companies had not considered Thailand as an important market, far from that… A phenomenon that was not limited to Queen at all ! Even the big names from the time, such as the Rolling Stones, won’t have proper releasesin Thailand before the 90s. And even then, for Queen, we can find some albums on cassettes, only a handful of singles, and only the Greatest Hits on CD format… quite an uneasy access for Thailandese to occidental music !
Anyway… some very unusual records were released at the end of the sixties and at the start of the seventies… And not from the big record companies, but from obscure labels such as Cash Box, Royalsound, ou encore Express Song Stereo Records. First originality of these records : these are EPs, which means records on 7’’ format, but with 4 tracks instead of 2 (2 on each side). Second originality : the tracks were not from one single artist, but from 4 different artists. « Liar » from Queen has Alice Cooper, Wings and Kiss as neighbours. Third originality, and not the least… The picture sleeve ! Indeed, and it’s quite strange, but the sleeves did not reflect the content ! Thus, we cand find vinyls with Queen on the sleeve… But with different artists on the record ! Also, we can find some Queen tracks on some records, when the sleeve displayed another artist, not even present on the record. The only exception was Bohemian Rhapsody, present in a sleeve with a Queen picture. Probably some piece of luck !
You will understand, this is very strange, and we can question the legality of such releases… But in hindsight, after all, this allowed some part of the local people accessing to the western culture, that the business world did not have on offer for them. These are atypical releases, and thus sexy to the eyes of a collector. You’ll find some pictures below, and a little game that I can offer… can you answer this : who was the artist on the sleeve of the record containing « Liar » ?

© Article d’Olivier Ruth et Leoj Edueibis, publié le 17 février 2019 sur le groupe Facebook Queen France Fanclub

© Article by Olivier Ruth & Leoj Edueibis published on February 17th on the Facebook group Queen France Fanclub